LA CONVENTION EUROPÉENNE A SCIENCES PO
La Convention des Etudiants Européens
Sciences Po

Les Deuxièmes Assises à Rome

Pratiquer l'Europe à Sciences Po

Les Premières Assises à Paris

Présentation | Articles | Students' Proposals | Le Réseau | Espace presse

 

 



Articles

Faire l'Europe sociale

Le 4 juillet 2003

« Groupe de travail » : l’expression, dynamique, invite à l’enthousiasme. Pourtant, les étudiants finnois, français, allemands, italiens, roumains et hongrois qui se rencontrent pour la première fois dans l’une des salles de l’Université Tor Vergata de Rome ne sourient pas. Craintifs, méfiants, serrant sur leurs poitrines leurs précieuses contributions, ils observent ceux qui, pendant les heures à venir, vont sans doute dépecer ce beau travail. Ils ne sont pas prêts à bondir ; ils s’assoient, sagement, à côté de leurs rassurants camarades de classe : à plusieurs, ils résisteront peut-être plus longtemps.

Dans cette salle glaciale – la climatisation s’adapte à l’hiver des esprits – entre alors Mari, un ange blond, présidente de séance nommée par d’obscures instances, mais qui d’un sourire efface les réticences et les jalousies. Elle fait en sorte que chacun ait un siège, que sa secrétaire ait un ordinateur, que des craies soient disponibles. Et, du bout des lèvres, invite les conventionnels à se mettre au travail.

Le tour de table réchauffe l’atmosphère : la langue commune est l’anglais, et là tous sont à égalité. Sans méthode, mais avec bienveillance, Mari écoute et prend des notes. Peu à peu, sur la base de quelques idées controversées, qui révèlent parfois des préoccupations spécifiquement nationales, le débat s’engage. Poliment, d’abord, avec abondance de formules de politese et de petits clins d’œil encourageants. Puis avec plus de force, lorsque l’on aborde la question de la Charte. Avec férocité, enfin, sur la question de l’unanimité.

Le feu gronde à tel point que nul n’entend le cliquetis qui condamne les conventionnels au travail. Enfermés par inadvertance ou, qui sait, sciemment, ils arrachent encore quelques bribes de victoire, renoncent à d’autres idées pourtant importantes. Avant de partir d’un grand éclat de rire fraternel, honteux d’être ainsi piégés, mais heureux d’être ensemble pour y faire face. N’est-ce pas cela, précisément, l’Europe ?

Jérôme Bouron

 

Haut de la page

© Sciences Po/IEP de Paris - 2002 - http://conventioneuropeenne.sciences-po.fr
27, rue Saint-Guillaume - 75007 Paris
Contact: Fabien PERRIER, Direction des Affaires Européennes, fabien.perrier@sciences-po.fr